Spooktown Hustlers Ganton Crips

Le forum des Nutty Blocc Ganton Crips du serveur CMLV. (cmlv-rp.com)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Murdaville Blocc Ganton Crips - Thread BETA (PED)

Aller en bas 
AuteurMessage
OG Spookie (PAUSE)
Admin
avatar

Prénom_Nom IG : Frank_Nuttwood
Messages : 327
Date d'inscription : 22/11/2012
Age : 25
Localisation : Los Angeles, CA, USA.

MessageSujet: Murdaville Blocc Ganton Crips - Thread BETA (PED)   Ven 23 Nov 2012 - 2:57






Leaders (et anciens noms) : Frank Nuttwood (Frank Wright, Basilio Guerrero, Joey Navarro).
Membres (top de départ) : Jermaine McKinney, Calvin Washington, Leeroy Livingston, Rick Nuttwood, Trevaughn Knowles, Casey Morrow.
Territoire occupé : Ganton (tout le quartier de Ganton, du Binco au rond en passant par les blocs, on traînera n'importe où dans ce secteur).
Création du projet : 22/11/2012
Passage en tant que PA : 19/01/2013
Passage en tant que FGANG : /
Faction scriptée IG : /
Faction sur le forum : /


N.B :
Je vous convie vivement à lire l'histoire en intégralité si vous décidez de la lire, et non pas en lire une moitié et laisser tomber en cours de route par pure flemmardise. La lecture totale de cette histoire est essentielle si vous voulez bien comprendre l'implantation de ce projet In-Game. Bien sûr, vous êtes totalement libres de toute pensée, ce n'est qu'un conseil d'ami.

À bon entendeur, Frank.





13 Mars 1992. Il est environ 13H45. Un groupe de trois jeunes afro-américains marche en bande sur le trottoir. C'est celui de gauche. On devinera grâce aux multiples graffitis présents sur les murs, les portes et les véhicules, que nous sommes en plein territoire de gang. Ce groupe de jeunes, on le connait bien dans le quartier. Ce sont les gamins du bloc numéro 3 de Ganton, ces gamins qui mettent tout les jours le volume de leur vieux poste-radio au maximum et ce même groupe de gamins dont les habitants de ce secteur du quartier n'en peuvent plus. Ce sont ces mêmes gamins, les ''turbulents'', comme on les a surnommé dans le coin. Cette même-bande, elle est composée de, on le répète encore une fois, trois afro-américains.

L'un d'entre eux possède de si longues dreadlocks qu'elles flirtent dangereusement avec la crosse de son arme située à la taille de son large jeans noir à multiples poches, sous son tee-shirt qui est tout aussi large que le pantalon. Nous l’appellerons Doggy. Le second est est habillé d'un bombers de couleur bleue marine floqué ''DODGERS''. Il a également l'un de ces épais bonnets coiffé sur le crâne. Par contre, à la différence de celui qui semble être son camarade, celui que nous avons appelé Doggy, le second est tout de bleu vêtu, car oui, ses baskets elles-aussi sont bleues. Visiblement, ce sont des Nike Cortez. Elles sont assez défraîchies et semblent usées jusqu’à la semelle. Enfin, le troisième et dernier de ce groupe semble un peu plus mature que les autres. Nous lui accorderons par pur hasard la tranche d'âge de la mi-vingtaine. Celui-ci dont on vous parle, il est purement et simplement torse-nu. Sur son corps? Des tatouages. Par milliers, par centaines, par dizaines. Parmi ces tatouages, l'on peut en citer quelques uns : un magistral dragon prenant possession du corps d'un gardien de prison, semble t-il, avec en dessous de cette macabre représentation l'inscription des initiales ''B.G.A''. La seule personne à en connaître la signification est bien sûrement cet homme que nous venons de décrire. Faute de ne pas être vêtu d'un haut, il possède par contre un bipper à la ceinture ainsi qu'un large pantalon de toile noir. Lui-aussi est chaussé de Nike Cortez, quant à elles, noires. Ah, de ce fait, nous ne vous avons pas mentionné le surnom des deux dernier que nous vous avons présenté : le second se nomme B-K et le dernier a choisi l’appellation de Roddy Loc.

Ainsi, Doggy, B-K et Roddy marchent sur ce trottoir. Ce trottoir, c'est le plus fréquenté de la 32th de Ganton. Il s'agit du trottoir situé en face des blocs de Ganton. Ce même trottoir qu'avait fréquenté durant une certaine époque les hispaniques de l’Impérial Cyclones Avenue. Maintenant, ces hispaniques n’étaient plus dans le secteur. Ils avaient disparu, l'on ne sait exactement comment. Doggy a toujours le poste-radio diffusant la musique au maximum de sa puissance sur son épaule droite. B-K, lui, tient en main une bouteille de 2 litres environ de bière OLD-EXTRA-CORONA. Ils marchent tous les trois sur le trottoir dont on vous parle depuis le début de cette histoire. Une menace rôde mais on ne sait nullement quelle est sa provenance et sa position, tout ce que l'on sait, c'est qu'elle rôde. Une vieille femme abordant la soixantaine ouvre avec mépris les volets de la fenêtre de son appartement, exhibant la masse volumineuse de cheveux grisonnant sur sa tête qu'elle possède.

À peine ondule t-elle les lèvres afin de prononcer sa phrase qu'elle est coupée net par des crissements perçants de pneus quelques mètres plus loin. La femme, qu'on appellera Mme Davis, referme avec lenteur et neutralité les volets de sa fenêtre, reste durant de nombreuses minutes derrière cette cloison vitrée avant d’exécuter un signe de croix, ne pouvant que s'en remettre à Dieu, celui qu'on dit ''Miséricorde''. Une pétarade retentit. C'est bien sûrement les jeunes du bloc voisin qui s'amusent encore en faisant exploser ces pétards qu'ils ont pris à la supérette, rien de plus. Trois bonnes minutes s’écoulent, cette même musique qui immergeait des enceintes du poste-radio de Doggy retentit toujours depuis le trottoir jusqu’à parvenir aux oreilles attentives de Mme Davis. Elle se rend compte qu'elle a paniqué pour ce qui ne s’avérait pas être dangereux. Elle réouvre à la hâte ses volets, criant à l'aveugle : ''Éteignez-moi cette musique, nom de nom, jeunes fouteurs de bordel!''. De nombreuses secondes s’écoulent sans qu'elle n'ait de réponses de la part de ces jeunes, qui, d'habitude, sont bien impolis vis-à-vis d'elle. Elle se résigne enfin a sortir la tête et jeter un coup de ses yeux fatigués sur le trottoir où étaient ces jeunes avant qu'elle ne ferme les volets. Entre ce court laps de temps, l'horreur vient de se produire. La dépouille inerte, dépossédée de toute forme de vie d'un homme gît sur le sol dans une épaisse marre de sang. Cet homme qui est de tout son long étalé sur le sol, baignant dans sa propre flaque sanguine, est également torse-nu. Pas de doutes, c'est Roddy Loc. Auprès de son corps recouvert de tatouages, et, par la même occasion, d'impacts de balles frais d'où s’écoule lentement le sang qui alimente l’épaisse nappe dans laquelle il est allongé, sont agenouillés Doggy et B-K. Sur le faciès de Doggy se lit le désarroi et la panique. Quant à celui de B-K, il est en pleurs et a d'or et déjà saisi le combiné de la cabine téléphonique qui se situait quelques mètres plus loin et compose alors le numéro des urgences. Les têtes des habitants du quartier intrigués par les coups de feu, ceux-même que Mme Davis avait pris pour de simple pétards qu'allumaient les enfants du voisinage s'avéraient plutôt être la menace dont on vous parlait venaient d’ôter la vie à un homme.

Cette même menace qui rodait mais dont personne n'en connaissait la provenance, ni comment elle allait venir, d'ailleurs, elle était arrivée, mais néanmoins, elle avait touché un jeune homme du quartier, la mauvaise personne qui se situait au mauvais moment à la mauvaise heure sur le mauvais trottoir. Trois heures s’écoulent après cet incident macabre, ce ne sont plus les pleurs qui retentissent seuls, ils sont à présent mêlés aux sirènes des forces de l'ordre et des secours qui arrivent bien trop tard. Roddy a perdu la vie. Sa dépouille est recouverte d'un simple drap bleu marine que ses amis ont placé sur lui pour qu'il reste digne dans sa mort. Il est maintenant de l'autre coté de la barrière et est en route pour une vie meilleure, paix à son âme.

À côté de la dépouille de Roddy se tient debout un de ces enfants de ghettos qui ne sont pas scolarisés comme les autres enfants, les ''enfants de la rue'', et pourtant, inconsciemment, il ne le sait pas étant donné qu'il n'est approximativement âgé que de 5 ans, dirait-on. Ce bambin, lui, a quelque chose de spécial. Ses yeux sont à demi-fermés, comme s'il n'était qu'endormi, chaque jour que Dieu fasse. Il avait quelque chose de spécial, oui, car cet enfant, lui, au contraire des autres enfants qui avaient eu peur du retentissement des coups de feu, lui, était resté immobile, observant toute la scène depuis la fenêtre de sa maison, au rez-de-chaussée des blocs. L'appartement du rez-de-chaussée fut le premier dont la porte s'était ouverte. Coïncidence? C'était bel et bien l'appartement de Roddy. Cet enfant qui, si jeune déjà venait de voir la mort de ses propres yeux, semblait déjà s’être apprêté à cette mort. L'on ne sait rien, nous, de cet enfant, mais on lit dans ses yeux dont la pupille se dilate petit à petit qu'il aura un grand avenir. Dans quoi? On ne sait pas.



13 Mars 2012. 15 longues et douloureuses années se sont écoulées depuis le décès de Roddy Loc. Les coeurs sont toujours dévastés par ce qui est arrivé en 1992. 15 ans que l'amertume est logée dans l'esprit des gens. 15 ans que la vengeance tâte les index des gangsters, amis de Roddy. L'envie de presser sur la gâchette est dense, ils seraient bien tentés de descendre le premier ''slob'', comme ils les appellent, mais entre-temps, le gang a perdu en puissance. Le Murdaville Blocc Ganton Crip Gang s'est en effet dissipé au fur et à mesure, au fil des années jusqu'à être quasiment inexistant, mis à les part les OG's restants qui ont préféré retourner sur Atlanta, leur ville de base. C'est quelque peu après le décès de Roddy Loc que l'on a revu la même Tahoma qui les avait plongé dans le plus grand deuil dans une rue contrôlée par un gang affilié aux Bloods. Ces hommes ne sont pas du même monde que celui de Roddy et ses acolytes et ils l'ont fait comprendre en achevant un ennemi. Mais ce n'est pas le plus étrange en cette journée du 13 Mars 1992. Le plus étrange, c'est ce taxi pimpant arborant ses couleurs jaunes qui vient de stationner sur le bas-côté du même trottoir sur lequel, 15 ans plus tôt, on avait assassiné Roddy.

Un jeune, mince et grand afro-américain pose son pied gauche en dehors du taxi avant d'en immerger pleinement. Il respire profondément comme s'il y'avait un sacré bout de temps qu'il n'avait pas mis les pieds en ce lieu. Il se trouve que ce jeune homme ressemble étrangement au bambin qui se tenait il y'a 15 ans de cela auprès du corps de Roddy. Aucun doute, c'était bien lui. Frank Jermaine Nuttwood, le neveu de Roddy Loc, de son vrai nom Rodney Nuttwood. Il sortait tout fraîchement du pénitencier fédéral de Los Santos d'une peine de cinq ans qu'il avait dût purger. Pourquoi était-il tombé en prison? Aucune idée, mais une chose est sûre, il était à présent de retour à la maison avec deux objectifs : trouver un moyen de se refaire de l'argent et, par la même occasion, venger la mémoire de son défunt oncle, et ce, par tous les moyens possibles.

Spookie était de retour sur Gun-Town!









Bonjour à toutes et à tous, je me présente, en premier lieu. Je suis Frank Nuttwood, anciennement Joey Navarro, Frank Wright et Basilio Guerrero. J'ai une profonde expérience dans le rôle-play gang que je pratique incessamment depuis mon arrivée sur SA:MP. Je connais le rôle-play de gangster sur le bout des doigts, en particulier celui du gangster typiquement afro-américain et c'est la raison pour laquelle je me lance dans la création de ce projet. Le rôle-play gang fait parti de ceux que je maîtrise le plus, mais également de ceux sur lesquels je suis le mieux renseigné.



Les mots prônant au sein de cette faction seront les suivants : Bonne entente, respect de l'autrui et Fair-play. La bonne entente est essentielle au sein d'un collectif de rôle-players, en effet. Elle est de mise et est aussi nécessaire que l'huile de graissage est nécessaire aux rouages et engrenages d'une horloge. J'exigerais des participants à ce projet qu'ils mettent leurs différents à part et soient conciliants afin de tenter d'apporter leur pierre à l’édifice.

Chose suivante? Le respect de l'autrui. Je pense que chacun d'entre vous a conscience du fait que le joueur avec lequel vous interagissez en face est bel et bien un être-humain dans la vie réelle, derrière son écran. Il possède donc des droits et mérite de ce fait du respect. J'insiste sur cette notion qu'est le respect car elle est primordiale. Les insultes hors-rp ne seront pas tolérées et seront immédiatement sanctionnées, autant que faire ce peu.

Le fair-play est également une notion cruciale que tous les désireux de rejoindre le projet devront s'auto-inculquer. Il est bien beau de jouer mais il faut néanmoins savoir que dans le jeu, il y'a des gagnants et des perdants. Il faut ainsi savoir perdre, quelques fois, sans pour autant clôturer la scène qu'on a pas réussi à tourner à notre avantage par un rapport-forum ou quoique ce soit d'autre. L'une des choses automatiques à faire après une scène rôle-play dans laquelle on perd est de se remettre en question, si l'on arrive vraiment pas à contrôler ses nerfs. Il est tout à fait normal d'avoir un sentiment de mécontentement, après une scène dans ce genre (combat, fusillade etc.) mais il ne faut nullement pas que cette pseudo-colère resurgisse sur le jeu. De cette façon, après chaque scène, il faut se poser la question ''Est-ce que ça vaut la peine de me mettre en colère, de faire un rapport ou encore, de faire du OOC en scène pour lui signifier mon mécontentement?''. Cela est simple mais vous empêchera, peut-être, de commettre l'erreur de poster des rapports à tout bout de champ. Il ne faut pas confondre la plainte justifiée et l'énervement du perdant.

Mon objectif est d'appliquer cette culture crip que je connais si bien afin de donner un rendu-gang différent de tous les autres projets crips que l'on aurait pu voir jusqu'à présent. Ce n'est pas un quelque chose d’élaboré sur un coup de tête par simple envie d’être leader de quelque chose ou encore par pure envie de faire un projet afro, de préférence Crip mais sans connaitre la véritable culture, mais bien quelque chose de précis, structuré avec un but défini et des ambitions. Bien évidemment, BON PROJET est égal à BONS MEMBRES. De ce fait, le type de joueurs que nous recherchons sont les joueurs prêts à s'investir énormément, quelque soit leurs difficultés, il faudrait d'or et déjà avoir de la motivation, être prêt à faire ce parcours du combattant qu'il faudra traverser afin d’être membre à part entière. Nous voulons des joueurs patients, motivés, désireux de pratiquer un rôle-play réaliste et de qualité, reproduction fidèle de la vraie vie d'un gangster, comme je ne cesse de le répéter. Si vous venez dans ce projet dans l'intention de se la jouer avec des [..::Voice of XXX] ou des (Accent Jamaïcain), dites-vous que vous aurez un extrême et long chemin à faire ainsi que de nombreuses, mais vraiment de nombreuses choses à corriger dans votre façon de faire, ceci est totalement à proscrire, de même pour les |Voix Cassée| et j'en passe, c'est totalement inutile et vraiment désagréable à voir.




Suivi évolutif du projet

Le rôle-play que je vais tenter d'aborder avec mes membres au sein de ce projet sera un des plus rares jamais vus sur ce serveur, et ne voyez pas en cette phrase quelconque arrogance ou vantardise, mais de l'ambition et de la détermination. En effet, ce projet a pour but de présenter le quotidien de jeunes afro-américains vivant dans le quartier de Ganton, qu'ils soient habitants ou gangsters repentis. Nous vous proposerons un angle de vue différent In-game sur la vie et le quotidien d'un gangster membre des Crips. Il faudrait que lorsque l'on passe dans le quartier de Ganton, qu'il soit visible à chaque coin de rue un groupe de quelques afro-américains en train de discuter, de boire, de fumer et bien d'autre. Contrairement aux autres projets, l'ambiance de celui-ci sera plutôt OLD-SCHOOL, par pure nostalgie, cette même nostalgie qui reste de mise dans les ghettos de Los Angeles. Les esprits des personnages incarnés dans ce projet seront plutôt figés dans les années 80-90's. Les notions de cette culture vous seront progressivement données dans le reste de cette présentation. Le but de chaque participant au projet étant de trouver un moyen de se faire de l'argent, nous allons jouer la véritable culture d'un gang Crip sous toutes ses formes. Nous implanterons bon nombre d’exclusivités pour les gangs afro-américains IC. C'est une véritable vague de changement qui s'annonce, non pas du ''blablatage'' inutilement récité pour parvenir à essayer de convaincre les joueurs que son projet est original et se démarque des autres. Notre projet le sera réellement et offrira des choses concrètes et précises. Nous vous donnerons plus de détails au fur et à mesure que nous avancerons dans ce thread de présentation. Ne croyez néanmoins pas que nous allons directement nous implanter directement en tant que gang chevronné IC, loin de là. J'ai de ce fait préparé un descriptif des étapes abordées que voici ci-dessous.



Mon personnage, Spookie, sort de prison. Au pénitencier, il a réussi à se faire introniser dans les rangs de la Black Guerrilla Family, l'union des afro-américains en prison pour lutter contre le racisme et ainsi, former une nation plus puissante (que j'introduirais IC). Il en sort après 3 longues années passées grâce à une remise de peine au sein de cette prison et se rend compte que le gang de son oncle, Roddy Loc, un gang local affilié aux Crips qui était auparavant installé dans le quartier de Ganton, le Murdaville Blocc Ganton Crips street-gang, s'est affaibli, voir, a quasiment disparu. Les derniers membres sont rares et ne sortent quasiment plus du tout de chez eux. Frank est alors tenté de remonter cette barrière qu’était le gang auparavant afin de produire de l'argent et espérer redorer son blason, celui du gang, en mémoire de son oncle, mais surtout celui du quartier. Néanmoins, ce qu'il oublie, c'est que le ghetto a inconsciemment changé, les choses ne sont plus les mêmes qu'en 1992, nous sommes à présent en 2012, mais cette époque OLD-SCHOOL est restée dans les mémoires de tous, et plus particulièrement dans celle de Frank. La période de PED sera le temps d'adaptation qu'il faudra à Frank afin qu'il se réhabitue au ghetto et à cette pauvreté constante et obligatoire. Ce sera le temps de renouer avec ses proches et refaire connaissance avec les gens du quartier, savoir qui pourrait être fiable ou non, afin de continuer son plan. Aucune activité illégale ne sera perpétrée durant cette période, très sensible et déterminante sur le point OOC. Les participants se contenteront de remplir de petits boulots normaux (lavage de voitures, livraison de journaux, distribution d'alcool etc.). Tout ce que nous nous contenterons de faire en ce qui touche le domaine de l’illégal, ce sont de minimes consommations de marijuana ou de crack, car oui, nous favoriserons le rôle-play de junkie, et nous serons aidés par les améliorations du staff par rapport au script (baisse de vie quotidienne, etc). En bref, cette étape nous permettra de poser notre rôle-play et de reproduire fidèlement les actions et le quotidien des jeunes afro-américains pauvres logés dans les ghettos de Los Angeles.



Rien de bien spécial à signaler sur cette étape mis à part le fait que c'est la reprise du business. Ainsi, nous apprêterons au mieux ce tournant décisif pour notre projet de faire quelques petits pas vers le statut de gang reconnu dans le quartier. Là, mon personnage commence vraiment à faire actionner le business dans le quartier et le reste suivra. Nous instaurons la vente du crack (bien que cette drogue ne soit pas scriptée In-game). Reprise du business équivaut aussi à petites actions illégales, car à présent, nous prenons de plus en plus d'ampleur et sommes sur la bonne voie pour aboutir au grand final que sera l'intronisation en tant que gang Crips. C'est dès cette étape de ''Projet Avancé'' que je commencerais à préparer l'affiliation finale aux Crips, pour ainsi reformer le Murdaville Blocc Ganton Crips. Nous limiterons néanmoins cette ''nouvelle vague'' de criminalité qui frappe l'esprit de la petite bande. C'est à ce stade-là la vente de stupéfiants qui fait vivre notre projet. Bien sûr, nous n'oublions pas les bases avec un bon nombre de scènes ''chill''. Je veux faire allusion par ce mot à ces actions simples et amusantes de la vie réelle d'un jeune homme : boire, manger, fumer, discuter de tout et de rien, avoir ses propres centres d’intérêts, jouer aux dés et bien d'autres choses.



Cette étape sera la récompense du travail que nous aurons fourni tout au long de cette longue et belle aventure que sera ce projet. Ce sera un tournant tout aussi décisif que la période en tant que PA étant donné que c'est le moment durant lequel nous plongerons pleinement dans l’illégal véritable, mais également durant lequel nous nous imposerons en tant que gang affilié aux Crips : le Murdaville Blocc Ganton Crips street-gang. Pour cette officialisation, j'ai prévu bon nombre de scènes qui, progressivement, nous permettront de nous affirmer In-game en tant que tel. Ainsi, je pourrais en citer quelques unes : établissement d'un ''passage de main'' avec les OG's restants dans le quartier, voyage à Atlanta afin de convenir de l'affiliation du gang, etc. À ce stade-ci, nous implanterons alors véritablement et pour de bon la culture et l’idéologie des Crips. Nous nous voulons le plus réaliste possible dans notre logique et estimons être en mesure d'instaurer ce réel univers ''WESTCOAST GANGWARS'' dans le quartier de Ganton afin de fidèlement montrer ce qu'est la vie quotidienne d'un VRAI gangster Crip sous toutes ses formes.







Les critères que nous recherchons chez un joueur? C'est très simple. Malgré le fait que nous ne soyons qu'un simple projet, je serais très à cheval sur les critères de recrutement. Ne voyez pas par-là une discrimination pour ne prendre que les meilleurs. Nous faisons également office de ''centre de formation'' OOC. Tout au long de votre aventure parmi nous, vous prendrez du plaisir à jouer tout en apprenant, en vous perfectionnant dans divers domaines qu'éventuellement, vous ne maîtrisez pas.




Tout d'abord, il faudra premièrement, chose qui est le critère de base, avoir un bon orthographe. L'on ne vous demande pas de maîtriser la langue de Molière comme si vous étiez un écrivain hors-normes dès votre plus jeune age, non, mais néanmoins, posséder un orthographe correct est de mise et bien plus agréable lorsque que vous jouez avec nous, que ce soit In-game ou Out of Character. Pour ceux qui auront vraiment du mal, je m'engage solennellement à vous aider autant que je pourrais par l’intermédiaire de conseils et de posts étant susceptibles de corriger votre orthographe.




Autre critère qu'il vous faudra acquérir afin de nous rejoindre, ce sera de vous faire un personnage unique en son genre. Qu'entends-je par ''unique en son genre''? Je veux parler du fait qu'il doit avoir ses propres rêves, ses propres émotions, ses propres façons de réagir et de parler, ses propres tics et habitudes, sa propre façon de penser. Ainsi, vous devriez à chaque fois que vous jouez votre personnage In-game faire ressortir ses caractéristiques à l’intérieur des scènes que vous créerez par le biais des /me et des /do. Chose très importante, d'ailleurs, car nous serons vivement à cheval également sur l’originalité, le fait de ne pas avoir un personnage robotique. C'est beaucoup plus plaisant à jouer In-game. Afin de mieux vous adapter et de mieux faire progresser votre personnage, nous vous conseillons de ne pas dépasser la limite d'age (que je trouve d'ailleurs très permissive) qui est entre 10 et 25 ans. Nous ne vous imposons rien de bien méchant mais uniquement une simple restriction afin de ne pas se retrouver avec des personnages déjà chevronnés et implantés l’illégal, cela se fera progressivement IG (vous pourrez augmenter l'age de votre personnage d'1 ans pour chaque étape, par exemple : PED-PA-FGANG).




Troisième point, le ''franglais''. Je m'explique. Certaines personnes pensent qu'utiliser le vocabulaire des gangsters se résume aux phrases dans le style ''Yo man, t'as un new gun? C'est cool, on pourra kill des bastards avec.'' ou encore ''E'yo les mayn's, ça roule here?''. Sachez que ce genre d'expression n'est pas permis. Nous ne voulons nullement de cela car c'est tout simplement affreux et désobligeant. En remplacement de cette horrible façon de parler, nous vous proposons des choses bien meilleures. Première option, vous vous exprimez tout en français, mais avec la manière de parler d'un gangster. Un exemple? ''Eh, bordel, mec, t'as une idée d'ou ces fils de putes peuvent bien planquer leur putain d'cul d'merde dans c'terrier?!''. Ça, c'est correct. Seconde option, vous vous exprimez avec des expressions toutes faites, mais toutes en anglais. Un exemple? ''E'yo, waddup, what's cracking, cuzz?'', et éventuellement, la réponse peut être réciproquement en anglais, elle aussi, comme '''Sup, dogg, i'm okay.''. Ce sont les seules façons de parler qui sont tolérées. Ci-dessous une liste du lexique qu'un gangster utilise quotidiennement. Vous pouvez apprendre quelques mots parmi ceux-ci par coeur afin de vous en servir In-game.




VOCABULAIRE DES GANGSTERS

187 : Code pénal Californien utilisé (à l'origine par la police) pour signaler un homicide.
5-0, les pigs, les poulets : Agent de police.
A-Town : La ville d'Atlanta, base principale des Crips.
A.k.a : Also know as (également connu sous le pseudonyme de...)
Un beef : Problème, embrouille.
Un B.G : Baby Gangster.
A bitch : Chienne, salope ou tout simplement fille.
Les Bloods : Grand gang de Los Angeles, rival des Crips.
Un blunt, un spliff : Joint de marijuana.
La buddah, la dope, la weed : Marijuana (référence à Bouddha, le roi des buddhistes, homme de paix).
Un busta, bastard : Bâtard.
Un chrome, un flingue : Arme à feu avec le numéro de série effacé.
Un clip : Chargeur d'arme à feu.
Le crack, le rock : Cristaux de cocaïne synthétisés et chauffés. Elle crée une forte dépendance.
The cream, la maille, le fric : Argent.
Un crew : Equipe, bande.
Cuzz : Ami (Abréviatif de ''cousin'', argot des rues pour dire ''Mon pote'').
Diss : Abréviatif de ''Dissrespect'', manquer de respect. Faire une diss, c'est insulter quelqu'un.
Homie, homeboy, dawg, dude, dogg : Terme utilisé par les Crips, signifiant ''ami''.
G : Veritable gangster - Argent (Exemple : 1G = 1.000$).
Hoe, whore : Prostituée.
Hood : Quartier.
Hustler : Truand, voyou.
Indoe : Cannabis
LOC : Leader of Crips. (appellation pour le leader du gang uniquement. Ex : Spookie Loc)
M.O.B : Money Over Bitchies, l'argent fait sur le dos des putes (ennemis).
Nigga : Transformation de Nigger (négro), est utilisé comme ''Ami''.
O.G : Original Gangster
O.B.G : Original Baby Gangster
Pop : Tirer sur quelqu'un.
Punk, fool : Con, idiot, stupide.
Road dogg : Meilleur ami.
Side : Zone, secteur.
Snitch : Balance, mouchard.
Souljah : Soldat (Argot de ''Soldier'').
Thug : Lascar, voyou.
To be high : Faire un trip, sous l'emprise de la drogue.


Expressions typiquement connues

- Chill the fuck out ! : Fait chier.
- Fuck that shit : Putain de merde.
- What's cracking ? : Quoi de neuf?
- What's popping ? : Quoi de neuf?
- God damn ! : Bon Dieu!
- You're goddamn right ! : T'as bien raison.
- Check it out ! : Vise-moi ça!
- What the hell is this shit ?! : Qu'est-ce que c'est que ce bordel?
- What the fuck is this shit ?! : Qu'est-ce que c'est que cette merde?
- That sucks : Ça craint.
- If you a'int blue, you a'int true : Si tu n'es pas un bleu (Crip), tu n'es rien.
- Crip until I die, from the craddle to the grave : Je reste Crip jusqu'à ma mort, de mon berceau jusqu'à ma tombe.
- Crips never die, they multiply : Les Crips ne meurent pas, ils se multiplient.[/b]
- Crips bang or get banged : Fais la guerre pour les Crips ou fais-toi tuer.[/b]

J'en rajouterais au fur et à mesure si certaines d'entre elles me reviennent à l'esprit.






Le gang des Crips possède bien entendu une culture propre à lui-même et très spéciale qui le différencie des autres gangs de rue. Ainsi, il a des caractéristiques que nous nous devons de vous enseigner si vous voulez pouvoir maîtriser pour une meilleure exploitation du rôle-play que nous allons aborder par la suite. Voici les informations nécessaires à votre intégration dans la peau d'un Crip.


Le C-Walk



Le Crip-Walk (abrégé en C-Walk) est une danse consistant à faire des V avec les pieds. Elle tire son origine d'une danse codifiée par les membres des Crips, un gang de rue de Los Angeles. Le C-Walk est né dans les années 1970 dans le South Central Los Angeles. Le C-Walk est au départ un mouvement macabre et cynique exercée par des Crips après avoir assassiné ou tabassé un membre des Bloods, le gang adverse. Ce même mouvement est aussi pratiqué pour célébrer l'arrivée d'un nouveau membre au sein des Crips, pour alerter ses compagnons de l'arrivée de la police durant la perpétration d'un méfait et même pour prouver son amitié envers un autre membre. De nombreux morceaux de Gangsta Funk ainsi que de Gangsta Rap conviennent à la pratique du C-Walk. Le tempo doit être plutôt lent, si vous pratiquez du Crip Walk, voire du Crown Walk afin de correspondre à la rythmique des différents mouvements, par ailleurs, une mélodie répétitive est conseillée. Dans le cas du Clown Walk, le rythme se doit d'être élevé pour coller avec la rapidité d'exécution des mouvements. Pour des raisons culturelles et pratiques, les vêtements plutôt larges sont conseillés. Une phrase récurrente dans les chansons de rap, prononcée notamment par Snoop Dogg est : « It's not just a dance, it's a way of living » (« Ce n'est pas seulement une danse, c'est une façon de vivre »). Ceux qui pratiquent le crip walk sans faire partie des crips doivent prendre conscience du fait qu'il n'est pas anodin de c-walker. À la fin du clip Get Your Walk On de Xzibit, on peut voir deux enfants portant des panneaux insistants sur le fait que la C-Walk n'est pas une danse (This Is Not A Dance). Considéré comme un signe d'appartenance aux Crips - au même titre que les signes des mains -, les gangs rivaux peuvent considérer que celui qui la danse devant eux les provoque et l'attaquer.

La Black Guerrilla Family



Voici l'une des nouveautés que nous allons importer sur le serveur de CMLV dans le rôle-play afro-américain : la BGF (à ne pas confondre avec la BGA du film ''Les Princes de la Ville''. La Black Guerrilla Family (aussi connu sous le nom de Black Family ou Black Vanguard) fut fondée en 1966, en prison, par George Jackson, membre des Black Panthers, alors qu'il purgeait une peine à la Prison d'État de San Quentin dans le comté de Marin, en Californie, au nord de San Francisco. Le gang a cette particularité d'être idéologique, étant établi en tant qu'organisation révolutionnaire marxiste Afro-Américaine. Il fut fondé dans le but d'éradiquer le racisme, maintenir la dignité en prison, et renverser le gouvernement américain.
La Black Guerrilla Family est solidement organisée tant sur la côte Est que la côte Ouest, et coopère avec la Nuestra Familia. Le gang est riche de 2 000 membres. Ses principaux ennemis sont : Aryan Brotherhood, Ku Klux Klan, Mexican Mafia, Mara Salvatrucha. Pour intégrer les rangs de la BGF In-game, il faudra nécessairement passer par nous. Plus d'informations seront dévoilées dans les prochaines mises à jour du thread.

Style vestimentaire



Le style vestimentaire que nous allons aborder est très classique. Comme vous l'aurez sûrement deviné, nous incarnons des gangsters dont la mentalité est restée ''vieux-jeu'', ''OLD SCHOOL''. Par conséquent, nous préférerons les larges tee-shirts blancs taille XXL, les jeans baggy dont lesquels deux personnes peuvent rentrer ensemble (façon de dire qu'ils sont larges), les baskets de classe moyenne (dans le style des Nike Cortez, des Converses ou des British Knight). A vous de varier votre style en fonction des goûts de votre personnage sans bien sûr virer de l'autre côté du bord, je fais allusion aux vêtements typiquement ''SWAG'', comme on dit souvent. Vous pouvez bien entendu vous vêtir de hauts sportifs (NBA, NFL etc.). En ce qui concerne les vêtements propres aux Crips, ils sont bien souvent vêtus de bombers, d'eysdouss et de chaussures de marque ''British Knight'' étant donné que les initiales (souvent présentes sur leurs modèles de chaussure) en sont ''BK'', signifiant pour les Crips ''Blood Killer'', soit ''Tueur de Bloods'', les Bloods étant le gang rival, l'ennemi juré. Ils ont bien souvent un bandana bleu sur eux, prouvant leur appartenance à la ''Blue Nation'' (le regroupement des Crips).

Idéologie et codes



L'idéologie des Crips est très différente des autres gangs de rue afro-américains. Les Crips sont l'un des plus violents gangs des États-Unis. Ils délimitent leurs territoires en taguant sur les murs et le mobilier urbain. Ils portent le plus souvent du bleu et un bandana bleu. Ils signalent leur appartenance au gang de la main gauche, car la lettre C est impaire. Ils délivrent leurs messages dans le rap. Ils communiquent en détournant certaines lettres de l'alphabet. Par exemple, la lettre "b" avec une croix à l'intérieur serait une marque d'irrespect envers les membres du gang des Bloods et ils remplacent la lettre B (Blood) par la lettre C (pour Crips). Les lettres "CK", qui sont les initiales de "Crip Killer", serait remplacées par "cc". Par exemple, les mots "kick back" seraient écrits "kicc bacc" par un Crip. Ainsi, beaucoup de lettres sont modifiées pour en faire des associations symboliques. Les Crips s'appellent entre eux "Cuzz" qui est l'argot de "cousin". Ils portent des chaussures BK (British Knight). Le mot "Crab" est le plus insultant pour appeler un Crip. Durant les années 1970 et 1980, les Crips prirent l'habitude de communiquer en Kiswahili en prison pour ne pas se faire comprendre des gardes et des autres gangs rivaux. ''BK'' signifie ''Blood Killer'', ''PK'' signifie ''Piru Killer'', ''DK'' qui signifie ''Damu Killer'' (tueurs de Bloods), ''TK'' signifie ''Tacos Killer'' (tueur de latinos) et ''SK'' signifie ''Slobz Killer'' (tueur de ploucs, dérivé de ''BK'').

QUELQUES VIDÉOS









Les mises à jour de ce thread se feront progressivement, au fur et à mesure que nous avancerons dans l'aventure de ce projet. Ci-dessous, les crédits.

Tous les textes : Frank Nuttwood (moi).
Paragraphes ''Idéologie, Crip-Walk'' (la moitié) : Wikipedia.
Images : Calvin Washington.
Graphismes : Maax (Tucker Waverly).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nuttybloccrips.1fr1.net
 
Murdaville Blocc Ganton Crips - Thread BETA (PED)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PoiLoader 2.4.0 beta qui gère les wav (mais en anglais)
» nouveaux pilote GEFORCE Beta 306.02
» nouveaux pilote GEFORCE Beta 306.63
» iOS 7 beta 3 : optimisations et révélations sur un prochain iPhone
» Nouveau Firmware en beta-test sur Bbox Fibre Sensation (Câble)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spooktown Hustlers Ganton Crips :: Présentation du gang-
Sauter vers: